logo

Solstices Project


Beijaflor

Érotique de la surface

~ English ~

Ce qui a de plus profond en l'homme, c'est la peau. Paul Valéry

Ces photographies ne donnent pas à contempler l'immensité de la nature, ni l'immensément grand ni l'immensément petit. En fait, elles ne donnent rien à contempler, elles se posent pour elles-mêmes, directement, c'est-à-dire sans que le sujet constitue le principal intérêt. Une fois compris qu'il s'agit d'un arbre, de l'écorce d'un arbre (même si cette écorce est étonnante et complexe, travaillée autant de l'intérieur par la sève que par les conditions extérieures), on peut savourer la texture particulière de cette écorce, et surtout comment la photographie est elle-même écorce. Ces photographies ne sont pas des images de quelque chose, mais des images en soi, détachées de l'objet visible (plus ou moins) qu'elles représentent. En fait, elles présentent plus qu'elles ne représentent, et si elles sont par leur nature même des empreintes, elles sont davantage des empreintes d'elles-mêmes que des empreintes de quelque chose.
C'est pour cela que les surfaces remplissent le cadre. Une photographie est une écorce : marquée par le temps, travaillée par les chimies (la photographie est une alchimie moderne), la lumière (les photons), l'acide, la température, l'humidité. Plus que l'écorce, c'est bien la photographie elle-même (papier, granularité, luminosité...) que l'on savoure. Ici il y a resserrement de l'effet (du procédé photographique) avec sa cause : la photographie est une surface qui présente une surface. Pas de distance entre ces deux surfaces : elles sont assimilées d'autant plus indissociablement que le passage du microcosme au macrocosme est immédiat et incessant : l'immensément petit des lacis évoque des vues aériennes des déserts, comme ces vues aériennes évoquent l'immensément petit de la peau.

Cette confusion des échelles et le traitement anti-naturaliste de la nature peuvent évoquer Ansel Adams qui adoucit la rudesse des grands espaces par un noir et blanc mâtiné, un modelé chaleureux, une texture granulée.
Les crevasses des rocheuses, les reliefs lointains deviennent aussi proches de nous que les pores et les plis de la peau. La nature inhumaine offre une sensualité de ses reliefs.
« Adoucit » une nature inhumaine et non pas nous « familiarise » avec elle, puisqu'il n'y a rien de familier dans ces photos et dans cette nature, rien du cercle social, clos, et comme prédestiné, de la famille. Mais une intimité avec ce qui est inhumain, et une vraie volupté. Cette intimité passe par une profondeur de la surface, une projection de notre être sensoriel dans les dédales de l'écorce. Cette projection est une intensité de l'amour, ou plutôt, à proprement parler, une érotique de la matière. Une érotique de l'écorce. C'est-à-dire un plaisir de la minutie dans le lacis des veinures.
En noir et blanc ou en couleurs, pas seulement selon le désir (le caprice du jeu qui définit l'érotisme), mais pour voir – et sentir, et toucher (littéralement : « toucher des yeux »). Beijaflor, signifie littérallement le « baise-fleur » en portugais du Brésil, et désigne le colibri, dont le battement d'aile est si rapide qu'il est imperceptible pour notre œil.

Majuscule et minuscule, cette ondulation des échelles est une multiplication des points de vue, qui s'enchevêtrent plus qu'ils ne s'accumulent. Ce ne sont pas des couches ou des strates, mais une complexité de la granularité.
Immédiatement nous avons l'immensité du minuscule, l'infini des détails (le minuscule du minuscule), la matière et la peau, l'écorce et les rides. Macrocosme, microcosme et une échelle humaine (nous en tant qu'observateur modifiant l'objet observé, comme par le processus scientifique de réduction du paquet d'onde) sur un même plan, ou du moins dans un même instant. Un télescopage incessant qui ressemble à cette intrication d'états dont on parle en science. Non plus un critère de durée, mais celui d'intensité.

locus

Beijaflor nous donne à voir aussi des échelles plus humaines. Par exemple, un arbre dans la brume d'une forêt. Mais encore une fois, ce ne sont pas des paysages à proprement parler, mais des particularités de paysage. Particularités et non pas fragments, car ce n'est pas un morcellement ou le découpage d'un tout, mais un tout ; ce n'est pas une partie de paysage, mais un objet : une photographie.
Il n'y a pas de désir d'illusion de la réalité, ce n'est pas une fenêtre, et il n'y a peut-être pas non plus de procédé cathartique : aucun élément ne nous invite à nous immerger dans cette image, rien ne joue le rôle d'introducteur. Et si la brume produit un effet de douceur, presque de locus amoenus, elle est aussi, par son épaisseur, une distanciation. En tout cas, ici non plus, rien de cet aspect familier qui nous renverrait dans le giron maternel : la brume a valeur érotique, et l'érotisme est vécu comme une sortie, une sensation de l'autre, d'autrui, et, pourrait-on dire, une extranéisation. Regard détourné de son corps pour un autre corps, une autre matière. Sortie de la familiarité pour l'étrangeté. L'objet photographie nous est donné dans sa pleine puissance de prisme, de talisman, d'élément déviant. L'écorce, l'arbre d'une forêt, d'un bois, d'une campagne. Sortie d'un territoire pour un autre. En italien, on dit aller « in campagna » : en campagne, dans la campagne. À la fois dehors et à l'intérieur, comme on était à la fois dans le minuscule et le majuscule.

La puissance onirique de ces photographies, instaurée par la focalisation ou la brume, n'est pas contradictoire avec l'absence de merveilleux, l'absence d'élément fantastique dans une certaine réalité. Ces photographies sont un dépouillement de toute mythologie, de toute histoire, pour une présentation de l'intimité : une présentation directe de l'intimité de la matière. Comme pour une certaine peinture abstraite, elles gardent de la narration le motif (« ce qui meut ») tout en abandonnant le thème (le « sujet »). Cette intimité de la matière est l'intimité de chacun, et les détails qu'on voit, qu'on se fait voir à soi-même sont les détails de notre expérience, les détails – différents pour chacun – qu'on aime voir.

Contacts

  • Beijaflor

  • Solstices project

    Rodolphe Gauthier - décembre 2013