logo

Solstices Project


Events

(2 août 2014)

En guise de bilan de mi-parcours

NYC NYC

Constat :

Nous ne sommes pas assez nombreux pour ouvrir actuellement un lieu.
Qui veut se joindre à nous et apporter sa vision des choses ?

Autre constat :

Le problème du visa se pose pour les États-Unis, à la fois pour une ouverture sur long terme et pour une activité déclarée (notamment pour la prise en charge d'enfants).
Une ouverture en Europe serait plus simple, mais où ?

*

Résumé

Une volonté : vivre sans employeur, sans subvention d’État, en ayant un impact sur le tissu urbain et ses données sociales.

Plus : apprendre tous les jours (savoirs et savoir-faire), rencontrer des gens de partout et de tous les milieux.

Cette ambition politique (au sens premier du terme) nous semble ne pouvoir se réaliser que par l'ouverture d'un lieu.

Ce lieu peut être ouvert n'importe où. Pourquoi Brooklyn ?
~ Pourquoi pas ?
~ New York reste aujourd'hui malgré tout un centre culturel de premier ordre (sûrement encore le plus important du monde) ;
~ contrairement aux villes d'Europe, il est possible d'y ouvrir un lieu dit culturel et d'en vivre sans subvention ;
~ il y a une diversité sociale énorme, sans véritable mixité (les populations se côtoient sans se mêler), ce qui rend d'autant plus pertinente notre présence.

Premier repérage en juillet-août 2013 à Bushwick. Le quartier hispanophone (Portricains et Dominicains essentiellement) est en pleine expansion, pour l'instant plus bohème que bourgeois. Les loyers depuis deux ou trois ans augmentent, mais restent accessibles.

Retour en juillet 2014 : la gentrification est fulgurante. Les loyers ont doublé dans certaines rues, les visages changent. Les propriétaires, d'origine modeste, réhabilitent leurs factories en lofts qu'ils louent à des « artistes » et des jeunes couples, ou les cèdent à des agences. Des bars et des magasins à la mode ("bio", "vintage", de skate ou de "brunchs") ouvrent toutes les semaines.
NYC NYC

Il y a un véritable fossé entre les habitants historiques du quartier et ceux qui viennent s'y installer. Aucun intérêt des seconds pour les premiers. C'est un mépris sans haine et presque innocent (inconscient). Ce snobisme répugnant de soit-disant « artistes » (qui vont s'indigner pour ce qui se passe à la télé, mais pas pour ce qui se passe en bas de chez eux) nous conforte dans notre volonté d'insister sur l'aspect social du projet (même si nous savons que le projet en lui-même participe au phénomène de gentrification).

Le lieu

Visites qui n'ont pas été concluantes pour l'instant. Le plus gros problème qui se pose n'est pas la question du lieu, mais celle des papiers (le visa...) : c'est l'écueil principal.
S'éloigner si possible de Bushwick où l'on a envie de poser des bombes (à Mominette, Radio Bushwick, Catland, etc), et aller plus loin sur la ligne L (vers Ridgewood).
Possibilité, si les difficultés liées aux papiers persistent, de s'implanter ailleurs (Londres ? Grenade ? Vienne ?).

Le calendrier

~ Reprise des recherches d'un lieu fin août, début septembre.
~ Recherche de gens motivés (nous sommes trop peu nombreux actuellement pour mener à bien le projet).
~ Développement des activités en cours (revue Solstices, revue Scree, sérigraphie, etc), notamment pour attirer des gens dont les préoccupations sont proches des nôtres.

Un point important

Le projet est ouvert à toute évolution, à toute nouvelle idée, à tout le monde. Nous recherchons des collaborations avec des personnes indépendantes et d'autres structures.



Les Décibels du peuple Le Biplan

Soirée au Biplan le 28 mai 2014

en association avec Les Décibels du Peuple


"Descendons dans la caverne !"

~ Pour l'Ascension, retournons dans la taverne nous enivrer de danse
(f*** Platon !) ~

Solstices project

Programme de la soirée :

~ auberge espagnole & atelier sérigraphique

~ Chancellorr & the Bamara (funk)

~ Bruce Platini & Dj Tim "videomit" (african beat)

+

~ exposition & vente de dessins et d'objets jusqu'à 22h...


La soirée au Biplan

La soirée au Biplan, la veille de l'Ascension, a comme triple objectif de :

~ faire connaître le projet ;

~ créer un réseau avec les Lillois et les structures lilloises ;

~ lever des fonds, grâce aux entrées, aux ventes et à des dons, pour aider au financement de l'ouverture de la structure à New York (les artistes se produisent bénévolement).


Présentation du Project Solstices

Solstices est un projet d'ouverture d'un lien de rencontre, de création et d'ateliers à New York.

Solstices veut aussi mettre en relation des gens et des structures à travers le monde, afin de faciliter les échanges culturels d'un pays à l'autre (lieux d'exposition, concerts, rencontres culturelles, ateliers divers).

Mouvement culturel et lieu de vie, Solstices sera un bar, une galerie d'art, une résidence pour artistes, organisant concerts, projection de films, ateliers éducatifs et conférences.

La dimension éducative et populaire est importante : Solstices veut s'implanter dans une zone limite entre vie populaire et vie artistique, afin de détourner le phénomène de gentrification par des pratiques quotidiennes de braconnage et multiplier les possibilités d'échange et de savoirs-faire entre les personnes.

Vous pouvez lire la présentation complète ici,

et le manifeste ici.