Marie Verney

Poème 1

 

La nuit

j’inspire

les racines de libellules

Pour explorer

les temples

de ton corps libre

 

Poème 2

 

Le silence

souligne ton corps

je pince les cordes

de l’ombre en éveil

J’espère cette parure oblique

comme le geste du soleil

découpant la lune

 

Poème 3

 

Il me donne

la chance

de vivre

l’enfant

de la lune bleue

à l’horizontale

de la poésie

en soleil d’élans

 

Poème 4

 

Les murs de ta chemise

font le blanc du poème.

Comme une flaque d’ange

dans les racines de tes nuits.

 

Poème 5

 

J’ai quelques gouttes d’ombres

entre les doigts

pour recevoir des pierres de voix

 

Une lueur de bleu glisse

à la surface des attaches

un flamenco qu’on lance aux louves

 

Je capture ton piano

comme dans la phrase d’une lutte

et la lune ici-bas

 

Poème 6

 

Le lac a les couleurs des neiges qui montent à tes yeux.

 

Poème 7

 

La pluie

comme la lumière

de mon âme

 

Poème 8

 

Les trois passages

sont le rythme

de la goutte de piment

sur le col de tes ombres

 

 

La courbe des luttes

appuie sa main,

sur l’invisible présent

 

L’aube circule dans ta bouche

 

Je croise toujours ton âme à l’abri d’un crépitement

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *